• Carrosserie BERTONE :
     
    Doyen des carrossiers italiens encore en activité, Bertone fetera en 2013 ses 100 ans. Une performance exceptionnelle dans l'univers de la carrosserie automobile. Quel est donc le secret de l'extraordinaire longévité de la maison fondée par Giovanni Bertone, le père de Nuccio qui reprit les commandes de l'entreprise ? Sans doute la remarquable capacité du père, et encore plus du fils, à déchiffrer les mutations sociologiques et à accompagner l'évolution sociale et industrielle de l'automobile. Au fil de son histoire, Bertone a épousé son temps, ce que beaucoup de ses confrères n'ont pas su faire - en France notamment au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Cette intelligence et cet authentique talent s'incarnent parfaitement dans le concept car Novanta (pour 90 ans) présenté au salon de Genève et dédié au Drive by Wire, la conduite automobile de demain affranchie des commandes mécaniques remplacées par l'électronique. Evoluer ou se crisper sur le passé, s'adapter ou mourir, cette loi fondamentale de la vie, les Bertone père et fils l'ont toujours comprise et intégrée dans leur travail.
     La pérennité par l'innovation La pérennité par l'innovation
    © D.R                                                                 Novanta
     
    Autre trait caractéristique de la maison, les Bertone n'ont jamais été des stylistes mais des carrossiers de métier, à la différence d'autres grands noms italiens - nous pensons notamment à Giorgetto Giugiaro, designer au talent exceptionnel et fondateur d'Italdesign. Ceci n'altère en rien l'amour que les deux hommes portent au style et leurs dons de créateurs à la recherche de formes originales et expressives. Après tout, le chef d'orchestre ne joue d'aucun instrument. Mais c'est lui qui signe la création de la partition. Et à sa manière, il crée une œuvre. Celle de Bertone est vouée à l'innovation et aux valeurs de l'avant-garde. Esprit indépendant porté vers l'audace, Nuccio Bertone est aussi un découvreur de talents. Il a su donner leurs chances à des créateurs aux dons exceptionnels, qui se sont succédé à la direction du style de la carrosserie : Franco Scaglione, Giorgetto Giugiaro, Marcello Gandini et le Français Marc Deschamps. Pour ce dernier, travailler chez Bertone suppose "un engagement absolu et total" dans un lieu où l'esprit créatif est roi.
     La pérennité par l'innovation La pérennité par l'innovation
    Abarth de Record (1956)                                                                   Concept car Stratos (1970)
    © D.R

     

     La pérennité par l'innovation La pérennité par l'innovation
    SPA 23 S (1921)                                                  Fiat 501 Sport Siluro
    © D.R
     
    Après avoir travaillé chez Diatto, un constructeur de charrettes hippomobiles où il apprend le métier, Giovanni Bertone ouvre en novembre 1912 - il a 28 ans - un atelier de réparation de voitures à cheval dans sa ville natale de Mondovi. En 1907, il quitte ce bourg piémontais pour s'installer à Turin, où il pourra mieux exprimer son habilité et son esprit d'initiative. Après la Première Guerre mondiale, Giovanni Bertone s'installe dans de nouveaux locaux, au 119, via Monginevro, où s'affairent bientôt une vingtaine de compagnons. Son rêve automobile commence à se réaliser en 1921 lorsque SPA lui confie la carrosserie de sa 23 S, suivie peu de temps après par celle de la Fiat 501 Sport Siluro de course.

    Au cours des années vingt, les commandes ne manquent pas, venant des constructeurs italiens de l'époque : Itala, Fast, Ceirano, Chiribiri, Aurea, Scat et Ansaldo. Mais les principaux partenaires sont Fiat et Lancia. La rencontre décisive avec Vicenzo Lancia va élargir l'horizon de la maison et amorcer la mutation d'une activité artisanale en véritable industrie. Vicenzo Lancia accorde une grande confiance à Giovanni Bertone, à qui il soustraite la fabrication des - révolutionnaires - carrosseries autoportantes de ses modèles, de la Lambda à l'Augusta. Ces collaborations avec de grandes marques mûrissent l'expérience de Bertone et consolident son art de la carrosserie en même temps que son intérêt pour les voitures sportives.
     La pérennité par l'innovation La pérennité par l'innovation
    Itala 51 S (1924)                                                                                   Lancia Lambda VIII (1928)
    © D.R
     La pérennité par l'innovation La pérennité par l'innovation
    Fiat Ardita 2500 (1934)                                                                                               Lancia Aprilia
    © D.R
     
    En 1934, quand l'entreprise déménage dans une nouvelle usine, elle a acquis, avec 150 salariés, une place de choix dans le paysage de la carrosserie italienne. Des années trente, citons trois Fiat représentatives du travail de Bertone : la 527 S Ardita 2500 de 1934, la 1500 " sei luci " aérodynamique de 1935 et la 1500 décapotable de 1938. Dès 1933, à l'âge de 19 ans, Giuseppe Bertone, second enfant de Giovanni né en 1914 - dont le surnom Nuccio allait le suivre toute sa vie - est entré dans la maison paternelle.
     La pérennité par l'innovation La pérennité par l'innovation
    L'Alfa Romeo Guilietta Sprint sort des ateliers Bertone                                                      Nuccio Bertone en piste
    © D.R
     
    La succession va s'opérer progressivement et en douceur. Le fils a hérité des qualités du père. "Enfant, je me nourrissais de pain et de Bertone", s'amusait à déclarer Nuccio qui, parallèlement à sa passion pour la course automobile, prouvera aux commandes de la firme sa capacité à saisir les mutations de l'industrie automobile. Les années cinquante marquent l'entrée dans l'ère industrielle à grande échelle. Le contrat signé avec Alfa Romeo pour la production de la Giulietta Sprint fait de Bertone l'un des premiers carrossiers du monde.

    Cette entrée dans l'époque moderne se caractérise par un rapport de coopération plus étroit entre les constructeurs et le carrossier. Il touche entre autres la fonctionnalité et la résistance structurelle des carrosseries comme la rationalisation de la fabrication. Cette métamorphose qu'est le passage à la vraie production industrielle - une rupture décisive -, ne sera réussie que par Pinin Farina et Bertone. Pour autant, cette évolution n'entravera en rien la créativité de la maison. La figure de l'industriel Bertone saura rester fidèle à celle, initiale, du carrossier.
     La pérennité par l'innovation La pérennité par l'innovation
    Lamborghini Countach                                                                                      Giovanni Bertone
    © D.R
     
    Faites connaitre ce blog à vos amis !   
    LE blog de LA voiture ancienne !
     
     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique