• JAGUAR XJ 13 :

    La Jaguar XJ 13, un chef-d’œuvre esthétique. C’est une voiture construite à un seul exemplaire, qui porte le premier moteur V12 Jaguar.

    L’histoire de la Jaguar XJ 13 est celle d’un projet avorté. Hélas, cette merveille n’a jamais connu la piste, en particulier celle des 24 Heures du Mans pour laquelle elle avait été conçue.

    Programmée en vue d’un retour de la marque de William Lyons dans la Sarthe, la Jaguar XJ 13 est l'une des plus belles voitures de compétition jamais réalisées. Elle doit ce privilège au talent de l'aérodynamicien Malcolm Sayer, également auteur des formes de la Type C, de la Type D et de la Type E.

    JAGUAR XJ 13JAGUAR XJ 13
    © Gilles Bonnafous
     
    La conception de la voiture débute en 1964. Commencée en 1965, la construction du prototype est achevée l’année suivante. Le premier V12 Jaguar est disposé en position centrale arrière. Il s’agit d’un cinq litres ouvert à 60°, qui dispose de quatre arbres à cames en tête et d’une injection mécanique. Il délivre la puissance de 500 ch. La boîte de vitesses est une ZF à cinq rapports.

    Lors d’essais non officiels effectués en 1966 sur le circuit du MIRA (Motor Industry Research Association), près de Nuneaton, en Angleterre, la XJ 13 a dépassé les 280 km/h, établissant le record officieux du tour entre les mains de Norman Dewis, le légendaire pilote essayeur Jaguar.
    JAGUAR XJ 13JAGUAR XJ 13
    © Gilles Bonnafous
     
    Mais la Jaguar XJ 13 n’a jamais couru, en particulier contre la Ford GT 40 qu’elle était censée battre. Car British Leyland a annulé le projet, ainsi que toutes les activités sportives de la marque. De plus, le règlement des 24 Heures du Mans avait changé et les Prototypes étaient limités à trois litres. L'expérience acquise lors du développement du moteur profitera ensuite au V12 de production, ainsi qu’à celui de la XJR 9 qui s’imposera au Mans en 1988.

    Après avoir remisée, la Jaguar XJ 13 est sortie de sa housse en 1971 pour le tournage d'un film promotionnel sur le V12 Jaguar — nous sommes à la veille du lancement de la Type E Série 3. A cette fin, la voiture reprend le chemin du circuit du MIRA et Norman Dewis se trouve à nouveau à son volant. En fin de journée, elle prend la piste pour un dernier passage. C’est alors que le pneu arrière droit (ou la roue) explose sur le banking à plus de 200 km/h. La voiture effectue plusieurs tonneaux avant de retomber sur ses roues. Dewis, qui avait eu la présence d'esprit de couper le contact, s'en sort miraculeusement. La XJ 13 est pratiquement détruite. Son épave est stockée dans un coin.
    JAGUAR XJ 13JAGUAR XJ 13
    © Gilles Bonnafous
     
    Deux années plus tard, on décide de la restaurer — plutôt de la reconstruire vu son état. Le travail est conduit dans le strict respect de l’origine. Les gabarits en bois, qui avaient servi à réaliser le prototype original, heureusement préservés, sont réutilisés. La célèbre société Abbey Panels, qui avait fabriqué la carrosserie à l’époque, est sollicitée pour en réaliser une nouvelle.

    Le seul changement par rapport au prototype de 1966 concerne les arches de roues arrière, qui ont été élargies pour recevoir des roues plus larges. Une modification, qui, de toute manière, aurait sans doute été retenue sur la voiture si elle avait couru.

    Depuis, la Jaguar XJ 13 coule des jours paisibles dans le cocon douillet du Jaguar Daimler Heritage Trust à Browns Lane. Elle ne sort que pour des événements exceptionnels, comme le concours de Pebble Beach ou Le Mans Classic. Le moteur a toutefois été entièrement restauré.
    JAGUAR XJ 13JAGUAR XJ 13
    © Gilles Bonnafous
    Faites connaitre ce blog à vos amis !
    LE blog de LA voiture ancienne !

    1 commentaire
  •  

    Histoire des modèles - Fiche collection

    Jaguar XK 120



    Frappée d’une beauté classique sur laquelle le temps n’a aucune prise, la Jaguar XK 120 est née presque par hasard, pour pallier la défaillance d’un fournisseur.

    Quelques mois seulement avant le Salon deLondres, la nouvelle berline MK VII attend désespérément sa carrosserie. La firme de Coventry qui vient de réaliser un très prometteur six cylindres ne peut se permettre de manquer ce rendez-vous. Premier moteur de grande série disposant d’un double arbre à cames, le XK s’inspire directement de la course et sa présentation dans une voiture de sport devient subitement une idée des plus séduisantes.

    Conçue en quinze jours

    Styliste au "coup de patte" très sûr, William Lyons fige rapidement autour de ce moteur, les lignes d’un roadster au caractère sportif, et les maîtres tôliers se mettent aussitôt à l’ouvrage. En deux semaines seulement, les panneaux d’aluminium sont formés de façon définitive. L’urgence de la situation, interdisant toute retouche, explique ainsi la pureté et l’élégante simplicité de ses lignes.

    La puissance et la gloire

    Baptisée XK 120 (pour 120 miles/heure) et proposée à un prix ridiculement bas, la nouveauté reçoit un accueil triomphal au Salon de Londres. Elle est convoitée, admirée : tous succombent à son charme, des amateurs de voitures de sport comme des badauds. Dans ce pays meurtri et épuisé par la guerre, la XK 120, saluée universellement, flatte l’orgueil britannique et exalte une joie de vivre retrouvée.
    Improvisation géniale, la XK 120 n’a pas seulement de l’allure. Elle est performante, plus que toutes ses rivales de l’époque. La rigidité de son châssis et ses suspensions modernes permettent d’exploiter pleinement l’énorme potentiel d’un moteur qui se distingue par sa souplesse et sa robustesse. Les pilotes les plus renommés forgeront sa gloire en circuits et en rallyes. Les plus grandes "Stars" de Hollywood feront sa fortune et celle de Jaguar sous le soleil de Californie.

    Carte d'identité

    Moteur 6 cyl en ligne
    Cylindrée 3442 cm3
    Puissance 160 ch
    Vitesse maxi 193 km/h
    Diffusion 1948 à 1954
    Production 12 055 ex.
    Faites connaitre ce blog à vos amis !
    LE blog de LA voiture ancienne !

    votre commentaire