• Carroll SHELBY :

    Mécanicien de grand talent, pilote de course, éleveur de poulets et dresseur de cobras, Carroll Shelby a été tout cela à la fois. Il naît en 1923 dans un Landerneau du Texas, où son père est fermier. Avant de devenir le sorcier de Ford et d'être à Dearborn ce que Abarth fut à Fiat et Gordini à Renault, Carroll Shelby exerce divers métiers. Il est chauffeur de poids lourds, travaille sur les puits de pétrole et fait l'élevage des gallinacés avant de devenir pilote de l'US Air Force !

    Mais à l'image de Siegfried, ce farouche Texan, grand gaillard au verbe haut et au caractère sans complexe, a une faiblesse. Il souffre d'une grave maladie de cœur, qui l'a obligé, étant enfant, à rester alité plusieurs années durant. Une immobilité qui a sans doute alimenté des rêves de vitesse…
     Carroll Shelby, sa vie, son œuvre Carroll Shelby, sa vie, son œuvre
    Carroll Shelby
    © D.R

    Après s'être frotté plusieurs années à la conduite sportive, Carroll Shelby prend part à 29 ans à sa première épreuve (locale) sur une MG TC. Qu'il gagne. Dès lors, son ascension sera fantastique. En 1954, il rencontre en Argentine John Wyer, qui dirige l'écurie de course d'Aston Martin. Wyer lui propose un volant. Carroll Shelby sera ainsi l'un des premiers Américains à venir courir en Europe après la guerre. D'autres suivront, à l'instar de Phil Hill, Dan Gurney, Masten Gregory et Richie Ginther. Il faut dire qu'à cette époque, Aston Martin, Ferrari et Maserati cherchent à engager un Américain dans leurs équipes pour des raisons promotionnelles, l'essentiel de leur marché se trouvant outre-Atlantique.

     Carroll Shelby, sa vie, son œuvre Carroll Shelby, sa vie, son œuvre

    Cobra
    © D.R

    On connaît la suite, et la victoire aux 24 Heures du Mans de 1959 sur l'Aston Martin DBR 1, dont il partage le volant avec Roy Salvadori. Carroll Shelby court également sur Maserati, Scarab, et occasionnellement sur Ferrari et Porsche. Il aime raconter comment, en 1957, Enzo Ferrari lui a proposé un contrat pour piloter ses voitures Sport au salaire de 70 $ par mois. Il rejettera vivement l'offre, la jugeant trop mal rétribuée ! Du reste, il ne mâche pas ses mots sur le comportement du Commendatore à l'égard de ses pilotes.
     Carroll Shelby, sa vie, son œuvre Carroll Shelby, sa vie, son œuvre
    © D.R

    En 1960, Carroll Shelby remporte aux Etats-Unis le championnat USAC des circuits routiers au volant d'une Scarab engagée par le brasseur Harry Heuer, qui l'avait rachetée à son constructeur Lance Reventlow, ainsi que sur une Maserati Birdcage et une voiture américaine spéciale (Old Yaller). Mais ce sera sa dernière saison de compétition. En effet, l'état de son cœur s'avère incompatible avec la poursuite d'une activité aussi dangereuse. De toute manière, il a en tête l'idée de construire sa propre voiture

    .Dès la fin de 1961, Carroll Shelby travaille sur le projet Cobra. L'année suivante, il fonde son entreprise, Shelby American. Il est alors aidé financièrement par Lee Iacocca, directeur des ventes chez Ford, et par Goodyear, qui lui prêtent assez d'argent pour démarrer. Il veut construire le plus rapide et le moins cher des bolides à gros moteur. Son objectif est de réaliser, dans un premier temps, une voiture capable de battre les Corvette Gran Sport dans les courses américaines, puis de vaincre Ferrari dans les épreuves du Championnat du monde des constructeurs. Trois ans de développement s'avéreront nécessaires. Mais en 1964, les Cobra s'imposent dans la seconde partie du Championnat et l'année suivante, Carroll Shelby réalise son rêve. La Cobra Daytona est sacrée championne du monde des constructeurs devant la GTO. Le Texan a gagné le défi qu'il avait lancé à Ferrari, il a brisé le monopole de Maranello.

     Carroll Shelby, sa vie, son œuvre Carroll Shelby, sa vie, son œuvre

    © D.R

    La Cobra Daytona sera sacrifiée au programme Ford, car Carroll Shelby est appelé par le constructeur, après la débâcle de 1965 au Mans, à participer avec un budget illimité à la préparation de la Ford Mk 2. La réussite sera totale avec les trois marches du podium sarthois en 1966 et la victoire de l'équipage Gurney-Foyt l'année suivante (Ford Mk IV).
     Carroll Shelby, sa vie, son œuvre Carroll Shelby, sa vie, son œuvre
    © D.R

    Carroll Shelby est aussi l'auteur des célèbres Mustang Shelby, sans oublier la Sunbeam Tiger V8. S'agissant des Mustang 350 GT et 500 GT, il s'agit, contrairement à la Cobra, d'une commande de Ford destinée à contrer la Corvette dans le championnat américain SCCA (Sports Car Club of America), où la Mustang de série même la mieux lotie en options n'est pas de taille face à la voiture de la General Motors.
     Carroll Shelby, sa vie, son œuvre Carroll Shelby, sa vie, son œuvre
    Mustang Shelby GT 500, 1970                                                          Mustang Shelby 350 GT Hertz
    © D.R.

    En ce milieu des années soixante, Carroll Shelby est un homme très occupé. Il a fondé en 1966 " All American Racers " avec Dan Gurney, avec qui il prépare des monoplaces pour Indianapolis, il travaille au programme Ford et produit les Mustang Shelby. Mais il est rattrapé par ses ennuis de santé. L'homme, qui a toujours su prendre des décisions tranchées, décide d'arrêter la compétition en 1967. Il quitte tout et part en Afrique, où il séjournera dix ans !

    Il reviendra aux Etats-Unis en 1978 quand son ami Lee Iacocca, passé chez Chrysler, lui proposera de construire une nouvelle Cobra, la Dodge Viper. Avec François Castaing, ingénieur en chef Chrysler, Tom Gale, le designer, et Iacocca lui-même, il sera impliqué dans l'étude de la Viper. Mais cette collaboration sera interrompue par l'aggravation de sa maladie et la nécessité d'une transplantation cardiaque (tout à fait réussie). Conscient de la dette qui est la sienne à l'égard de la médecine, il s'investira dans la fondation qu'il créera pour aider les enfants malades à recevoir un nouveau cœur.

    Faites connaitre ce blog à vos amis !
    LE blog de LA voiture ancienne !
    Cool

    votre commentaire
  • SHELBY Cobra 427 :

    SHELBY Cobra 427SHELBY Cobra 427

    La Cobra est née de la rencontre d’une vieille dame anglaise, AC Cars, et d’un cow-boy iconoclaste, Carroll Shelby connu en Europe pour avoir remporté les 24 Heures du Mans 1959 sur une Aston Martin avec Roy Salvadori.

    AC livre à Carroll Shelby les premiers ensembles châssis / carrosserie destinées à la Cobra en février 1962. Dans les ateliers de Caroll Shelby, à Santa Fe Springs, en Californie, elles reçoivent le moteur Ford qui titre 260 pouces cubiques soit 4,2 litres. Les AC conservent leur châssis en échelle, ainsi que leur suspension assurée par des antiques ressorts transversaux et la direction à vis et secteur. Extérieurement, la carrosserie de la Cobra est très semblable à celle des dernières Ace (avec leur calandre aplatie) ; seul un léger bourrelet renforçant les passages de roue permet d’identifier les versions envoyées en Californie.
    SHELBY Cobra 427SHELBY Cobra 427
    © alternativecars.fr

    Au total, ce sont soixante-quinze exempaires de la Cobra 260 qui sont ainsi assemblés entre février 1962 et janvier 1963. Les châssis sont compris entre les numéros CSX 2000 et CSX 2074. À partir du n° 2031, la fabrication des Cobra est transférée à Venice, charmante villégiature, qui deviendra le creuset des hippies et des baba cool de tout poil. Sur les soixante-quinze voitures, on compte quatorze modèles « compétition » dont sept préparées à l’usine.

    En janvier 1963, apparaît la deuxième génération logiquement connue sous la désignation « Mark II ». Elle porte encore le logo « AC », mais elle s’américanise : le moteur passe à la vitesse supérieure avec une cylindrée de 4,7 litres (289 pouces cubes). On la reconnaît à ses ouïes percées sur les ailes avant. Deux séries distinctes sont référencées selon qu’il s’agit de voitures destinées au marché américain (CSX2075 à 2589) ou au reste du monde (COB/COX6001 à 6062). Courant 1964, la Cobra Mark II bénéficie d’une direction à crémaillère. La série Mark II se termine en avril 1965 au terme d’une production de 579 exemplaires.
    SHELBY Cobra 427SHELBY Cobra 427

    Avec l’arrivée de la Mark III, en octobre 1964, la destinée de la Cobra bascule : elle reçoit un moteur 7 litres (427), sa carrosserie est hypertrophiée et dissimule un nouveau châssis tubulaire et quatre roues indépendantes. Il s’agit dorénavant d’un pur produit Shelby et pratiquement plus d’une AC.

    Néanmoins, tout en préparant le lancement d’un nouveau modèle dessiné en Italie par Pietro Frua, la 428 Convertible, AC Cars continue de proposer un roadster sous sa propre marque : le « 289 Sports ». Il se conforme à la structure et au style de la Cobra Mark III américaine, mais se contente d’un moteur 4,7 litres de 280 ch.

    Faites connaitre ce blog à vos amis !
    LE blog de LA voiture ancienne !
    Bouche cousue

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique